Plantations de Latex

Publié Publié dans Uncategorized

Chaque année je pars voyager en Thaïlande. C’est un pays que j’apprécie énormément pour sa culture, la variété de paysages qu’il offre, et aussi pour la gastronomie locale !

Scientifique de formation, j’ai travaillé dans des laboratoires où l‘on manipulait du latex et du caoutchouc naturel. La production  du caoutchouc et la récolte  du latex m‘ont toujours intrigué. Ce matériau est secrété par certains végétaux, dont l’hévéa qui est principalement cultivé en Thaïlande et au Brésil. Lors de mes derniers séjours au pays du sourire je me suis rapproché d’une famille qui vit de ce type de récoltes.

La localisation de cette plantation est magique, on est dans la région de Chumphon, au milieu de la jungle dans les montagnes, et aussi à quelques kilomètres de la plage.

Il faut plusieurs années avant de pouvoir récolter le latex d’un hévéa. Ces plantations sont souvent mélangées avec d‘autres plans pour récolter des bananes, du durian, du cacao ou des cocos pour combler cette latence.

Cette famille d’agriculteur essaie de travailler de manière responsable en se formant jour après jour aux nouvelles pratiques. Ci-dessous une photo qui montre la préparation des pesticides pour la récolte du Durian. Aujourd’hui ils se sont orientés vers d’autres types de récoltes permettant de ne plus utiliser ces produits.

Leur relation avec la nature est vraiment forte. On peut régulièrement les observer en train de cultiver des orchidées ou d’autres plantes sur des troncs d’arbres afin qu’un maximum d’espèces se développent.

Le caoutchouc naturel provient de la coagulation du latex (passage de l’état liquide à solide d’une masse, comme le lait en fromage). Le latex est collecté via des incisions, aussi appelées saignées, dans l’écorce des hévéas. Il coule le long des canaux creusés par l’homme jusqu’à être collecté dans un godet placé sur le tronc de l’arbre. Le contenu des différents godets est ensuite transvasé dans de grands bacs où le latex va poursuivre sa coagulation. 

Le contenu des différents godets est ensuite transvasé dans de grands bacs où le latex va poursuivre sa coagulation.

Il est ensuite travaillé manuellement, pui mécaniquement afin d‘évacuer un maximum d’eau.

 

Enfin les feuilles obtenues sont séchées. On remarque un changement de la coloration, de blanc à marron, lorsque le séchage est fini.

Homedistillers

Publié Publié dans Corporate

Dans une cabane de jardin discrète quelque part dans la campagne Auvergnate, deux frères passionnés de distillation  profitent de la nuit pour lancer leur alambic.

Leur philosophie a toujours été de réaliser de faibles distillats avec le meilleur résultat qualitatif possible. Après plusieurs années de travail, les résultats étant au rendez-vous. Ils ont décidé de sortir la distillerie de sa cabane isolée, d’utiliser de beaux alambics en cuivre traditionnels martelés à la main et de proposer le fruit de ce travail et de leur passion pour la distillation de malt.

Leur site – https://www.homedistillers.fr/

N‘hésitez pas à me contacter pour vous aider à créer votre identité visuelle, ou pour des reportages/packshots.

Tableaux Saal Digital

Publié Publié dans Tirages d‘Art

Aujourd’hui je vous propose un nouveau test des tableaux réalisés par Saal-Digital. Après avoir testé leurs livres photos, et les tableaux en Alu-Dibond, je voulais tester leur impression pour les expositions : les tableaux GalleryPrint.

Comme d’habitude l’envoi est soigné et très rapide. La qualité de finition du tableau est très bonne. Ce type de tableau se compose d’un support dibond recouvert d’une couche d’acrylique (mat ou brillante). Le rendu est vraiment impressionnant, on a tous les avantages du support dibond, avec en plus une résolution au max comme sur un papier fine-art. Ce type de tirage est un peu plus onéreux, mais je n’utiliserai plus que celui là : c’est juste waouh !

Merci Saal-Digital 🙂

Tableau Saal